LE SUIVI DES ESPECES COTIERES

Pour améliorer les connaissances sur les populations des espèces côtières, l'association utilise différentes méthodes dont :

 

LES "BRUVs"

 

 

Des caméras sont installées sur différentes zones récifales durant 60 à 90 minutes. Chaque caméra est installée sur une structure en acier qui maintient une source d’appât (de préférence du poisson « gras », type sardine ou chinchard) à distance.  La quantité d’appât utilisée permet d’attirer seulement les animaux à proximité du site d’étude. Chaque structure est signalée en surface par une bouée.

 

Chaque BRUV est déposé en apnée par des apnéistes confirmés afin de limiter les dégâts pouvant être occasionnés par les structures sur les récifs mais aussi pour positionner les structures de la manière la plus optimale : la caméra doit être dirigée à contre-courant pour filmer l’animal qui remonte la source d’odeur émise par les appâts.

 

Lors du visionnage des images, les espèces ciblées (ici les requins et les raies) sont identifiées et comptées dans le champ de vision de la caméra.

 

Principales informations obtenues : espèces présentes, estimation des tailles/identification des stades du cycle de vie (juvéniles, sub-adultes, adultes, femelles gestantes...), sexe ...

 

Cette méthode a été employée pour la première fois dans nos eaux dans le cadre du projet Global Fin Print (voir encadré ci-dessous) en collaboration avec la Florida Internationale University. 

 

 

Les structures sont déposées avec l'aide d'apnéistes confirmés afin d'éviter de dégrader les fonds marins.

 

 

Préparation d'une structure.

Pour mieux comprendre les facteurs qui jouent sur la répartition des requins et des raies, différents paramètres environnementaux sont relevés (température, pH, salinité ...).

 

 

Un requin nourrice (Ginglymostoma cirratum). 

Un requin tigre (Galeocerdo cuvier). 

 

 

Une raie pastenague américaine (Hypanus americanus). 

 

GLOBAL FIN PRINT : le 1er suivi standard à l'échelle mondiale sur les requins ...

... et les raies dans les zones récifales. Basé sur l’utilisation de caméras posées sur les récifs, ce projet a pour objectif de créer un recensement global des populations de requins et de raies dans ces habitats tout particulièrement sensibles aux activités humaines et aux changements climatiques.


Les données recueillies pourront apporter des éléments de réponse à de nombreuses questions : quelles sont les espèces les plus vulnérables ? Quelles sont les régions les plus touchées par la disparition des populations de requins et de raies ? Quels sont les secteurs à protéger ? Quel est l’impact de la disparition des requins sur les écosystèmes.

 

Kap Natirel a été sollicitée par la Florida Internationale Univeristy pour échantilloner les récifs de la Martinique et de la Guadeloupe dans le cadre de ce projet. Par ailleurs, toutes les données recueillies par la méthode des BRUVs sont transmises à ce projet.

 

Pour en savoir plus : le site internet 

 

 

                                      CAPTURE / MARQUAGE

 

Les engins de pêche utilisés sont selectionnés de manière à être les plus adaptés à chaque site d’étude mais aussi pour limiter les risques pour la survie des individus capturés.

 

Chaque animal capture est marqué pour pouvoir être reconnu lors des prochaines sessions. Les marqueurs utilisés sont de deux types :

  • les marques externes, qui sont installées sur une nageoire dorsale et qui possèdent une cominaison couleur-numéro qui est unique sur le site,
  • les puces internes, qui sont insérées entre la peau et les muscles. Chaque puce possède un numéro unique qui est reconnu par un lecteur spécifique.

 

Principales informations obtenues : espèces présentes, taille et poids, taux de croissance, relations génétiques (via des prélèvements/analyses de tissu), utilisation de l’espace.

 

 

Capture de jeunes requins citron juvéniles à l'aide d'une senne. 

 

 

Prise de mesures sur un jeune requin citron. 

 

Une fois capturé, chaque requin est marqué à l'aide d'une puce interne et d'un marqueur externe en plastique.

 

 

 

 

                                                       SURVOLS AERIENS 

 

Réalisés à l'aide d'un drone, les survols permettent d'étudier les populations de requins et de raies dans les eaux peu profondes (< 10 m). 

 

Lancement du drone pour le suivi des nurseries de requins citron.

 

Observation d'un requin citron depuis le drone. 

 

Observation d'une raie léopard depuis le drone.